École virtuelle : Apprendre et enseigner différemment

30 octobre 2020

Depuis la rentrée, plus de 200 élèves du préscolaire, primaire et secondaire sont inscrits à l’École virtuelle. Ce type de scolarisation est offert aux élèves ne pouvant fréquenter l’école durant la pandémie, car eux ou un proche habitant sous le même toit ont une condition médicale particulière validée par un billet médical. Ces élèves ont droit aux services éducatifs et complémentaires selon les seuils minimaux prescrits par le ministère de l’Éducation. 

Apprendre à distance 

Avant la rentrée, Chantal Sigouin, mère de Cédric Ricard, un élève de 5e secondaire qui fréquentait l’école Daniel-Johnson avant la pandémie, avait des inquiétudes par rapport à cette formule virtuelle. 

« Je me demandais s’il aurait tout le nécessaire pour réussir son passage au cégep. J'avais l’impression de devoir choisir entre sa santé et son éducation! Après 2 mois d’École virtuelle, cette hésitation est complètement disparue. Je suis très rassurée que mon fils soit en sécurité à la maison et qu’il reçoive en même temps tout le nécessaire pour sa réussite scolaire. »

« Avec des parents présents, des enseignants impliqués et des élèves motivés, c’est un succès! », souligne Mme Sigouin.    

« J’adore la proximité avec les enseignants. Comme les groupes sont plus petits, les interventions avec les enseignants sont plus personnelles. De plus, je vois l’École virtuelle comme une bonne pratique de l’autonomie que nous devons acquérir pour le Cégep », ajoute quant à lui Cédric.  


Cédric Ricard, élève de 5e secondaire à l'École virtuelle.

Revoir sa méthode d’enseignement  

Les élèves se connectent tous les jours via la plateforme Teams pour apprendre avec l’un des 46 enseignants affectés à ce programme en raison d’une exemption (femmes enceintes, condition médicale personnelle ou d’un membre de leur famille). 

Deux groupes avec un(e) titulaire dédié(e) ont été formés pour chacun des niveaux, de la 1re à la 6e année et un groupe pour le préscolaireAu secondaire, différents enseignants se relaient pour offrir des cours de mathématiques, français, art dramatique, éducation physique, anglais, histoire, sciences, etc.  

Chaque enseignant s’est adapté aux besoins de sa classe et a développé une nouvelle méthode d’enseignement avec le soutien des conseillers pédagogiques et technologiques du CSSPI et du Récit.

« Cela demande un ajustement au niveau de l’utilisation des technologies et du matériel pédagogique, une grande ouverture face à la nouveauté, un travail efficace avec tous les intervenants virtuels et une nouvelle approche relationnelle avec les élèves. Nous vivons des réussites tous ensemble et cela crée un sentiment d’appartenance malgré le confinement », souligne Justine Lavoie-Bélanger, habituellement enseignante de français à l’École secondaire de la Pointe-aux-Trembles 


Justine Lavoie-Bélanger, enseignante de français à l'École virtuelle.

Une expérience utile à moyen et long terme 

« Je vais tirer profit de cette nouvelle expertise pour le reste de ma carrière, car l’utilisation des technologies en classe deviendra nécessairement de plus en plus importante », mentionne Mme Lavoie-Bélanger.

Par ailleurs, en cas de COVID confirmé, le protocole d’urgence du CSSPI prévoit une transition rapide vers l’enseignement à distance afin de permettre aux élèves de poursuivre leurs apprentissages à la maison. L’expérience de l’École virtuelle s'avère alors très utile, notamment en ce qui a trait au soutien en classe virtuelle offert par des techniciens en éducation spécialisée. Cette expertise a également été mise à profit dans la mise en place de la formule hybride (école une journée sur deux) pour les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire.  

Soutien pour les élèves à besoins particuliers 

L’École virtuelle accueille également 10 élèves ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme. Une équipe multidisciplinaire a été mobilisée pour répondre aux besoins de ces élèves et des méthodes innovatrices ont été développées. L’enseignant offre ainsi des contenus en ligne et une technicienne en éducation spécialisée se rend chez chacun des élèves plusieurs fois par semaine pour soutenir l’enseignant et les parents.